Jonathan Zwikel, président de la section D1 du Marseille Hockey Club prend la parole afin de vous demander des nouvelles sur la suite de la saison 2020-2021.

Bonjour Jon, quelles sont les nouvelles concernant une reprise du championnat ?

Aujourd’hui, nous mettons les choses en place pour une reprise du championnat en janvier. La date et le calendrier ne sont pas encore définitifs. La Fédération, avec ses clubs, doit s’adapter aux rythmes des informations gouvernementales liées à la situation sanitaire. Aujourd’hui les joueurs sont à l’arrêt, nous avons programmé une reprise des entraînement le 28 décembre et nous prévoyons de faire un match amical début janvier pour permettre aux joueurs de retrouver le rythme d’un match.

 Pouvez-vous rappeler pourquoi le championnat a été arrêté, et quelles sont les conditions qui permettent une reprise ?

C’est assez simple, le modèle économique des clubs est basé sur l’accueil du public. Que ce soit le public que nous accueillons dans nos tribunes mais aussi nos partenaires dans nos espaces hospitalités. Par conséquent, continuer avec des matchs à huit clos était impossible pour l’ensemble des clubs de D1. La reprise se fera donc en parallèle d’une autorisation d’accueillir du public. Dès le début de saison, les clubs avaient fait de gros efforts pour mettre tous les protocoles en place afin de permettre d’accueillir les gens dans des conditions de sécurité sanitaire (gel, masques, sens unique de circulation, distanciation…). Par conséquent, nous sommes déjà prêt à accueillir nos supporters et partenaires dans de bonnes conditions. Je dirais même que nous n’attendons que ça.

Quel est votre état d’esprit, celui des joueurs et du staff ?

Je préfère garder mon opinion profonde pour moi, je me concentre sur les actions à mettre en place pour être prêt pour la reprise. L’état d’esprit des joueurs et du staff est excellent, ils sont remarquables dans une situation inédite qui les privent du jeu. Les joueurs sont à l’arrêt, certains sont repartis chez eux en attendant la reprise, d’autres sont restés sur Marseille et tous se maintiennent en forme. Dans ces moments difficiles, on s’aperçoit que nous avons avec nous des gens bien.

 Concernant l’effectif, y a-t-il des changements ?

Oui, il y en a. Certains joueurs étrangers ont préféré rentrer définitivement chez eux. Il s’agit essentiellement de joueurs nord-américains. Il se sentaient bien ici à Marseille mais face à la situation sanitaire ils ont préféré rentrer prêt de leurs proches. Évidemment, nous l’avons accepté. Logan Coomes, Christian Lloyd, Tristan Thomson et Ivan Durac sont partis. Nous avons prévu de réajuster l’équipe en conséquence. Luc Tardif a déjà bien avancé sur le sujet mais il est trop tôt pour annoncer les choses. Nous attendons encore les détails de la reprise et nous devrons faire valider les ajustements par la Fédération car c’est comme cela que les choses sont prévues.

 Comment voyez-vous les choses pour la suite de la saison ? Quels sont les objectifs ?

Je vois les choses de manière positive. Nous serons prêt à reprendre avec toujours l’ambition de bien figurer dans ce championnat. Je penses que le public, nos partenaires et tous les gens qui aiment le sport souffrent aujourd’hui. Ils seront heureux de voir le sport revenir dans leur vie. Le sport, tout comme l’est la culture est un élément fondamental de notre société. Je regrette hélas qu’en France, son importance soit tant sous-estimée. Alors l’objectif principal sera de donner du plaisir aux gens. Il faut des sourires, il faut une équipe qui respire la joie de jouer et qui donne tout sur la glace, pour eux, pour nos fans, pour nos partenaires pour Marseille, pour le hockey, pour le sport. Sportivement, initialement, l’objectif était de nous qualifier pour les play-offs, nous ne changeons pas cette perspective.

 Un dernier mot ?

Nous avons parlé de la D1, je tenais aussi à dire un mot à propos du sport amateur. Enfin et heureusement, le gouvernement vient d’annoncer que nous pouvions à nouveau accueillir nos licenciés. Cela devenait urgent pour les clubs dont les licenciés sont la raison d’être mais aussi et surtout pour la santé et l’équilibre des enfants. Nous sommes soulagés et nous remercions les parents pour leur patience. Nous allons tout mettre en œuvre pour rattraper au mieux le temps perdu. 

Pour conclure, je tiens à remercier du fond du cœur, nos licenciés, nos partenaires privés et publics, nos supporters et tous nos bénévoles qui continuent de nous soutenir. Ensemble, nous reviendrons plus forts.