Date : 02/11/2019

Rencontre : MHC – Spartiates / Remparts de Tours

Lieu : Palais Omnisport Marseille Grand- Est

Score final : 2-5

(1-2) / (1-0 ) / (0-3)

Buteurs :

Période 1
ToursMaxime Ritz (David Camy-Sarty, Clement Garrido) 4:13
ToursDavid Camy-Sarty (Clément Garrido, Gasper Susanj) 4:34
MarseillePaul Joubert (sans assists) 4:40
Période 2
MarseilleBen Greiner (en supériorité numérique) (sans assists) 6:03
Période 3
ToursDavid Camy-Sarty (M.E. Bourque, Louis Philippe Denis) 7:54
ToursJonathan Joanette (en double supériorité numérique) (Mathieu Tremblay, Martin Obuch) 17:58
ToursJordan Mugnier (en double supériorité numérique) (David Camy-Sarty, Peter Bourgaut) 19:51

 

Après un crochet par Strasbourg d’où ils sont revenus avec la victoire jeudi soir (2-3, TAB), les Spartiates étaient de retour au POMGE ce samedi. Pour leur 3e match en 7 jours, l’équipe phocéenne, privée de Virtanen, Floodstrand et Henderson, avait pour mission de battre les Remparts de Tours, une équipe qui s’est imposée, elle aussi, cette semaine.

30 secondes de folie

D’entrée, les Marseillais mettent la pression sur des Tourangeaux mal à l’aise dans la sortie du palet et coupables de nombreuses erreurs techniques. Cependant, les Phocéens ne sont pas assez précis et vont laisser des espaces aux joueurs des Remparts qui ne vont pas se faire prier pour les exploiter. Ainsi, au sortir d’une pénalité tuée par les Spartiates, sans qu’ils aient été réellement mis en danger, Maxime Ritz, de la droite, envoie un palet en direction de la cage de Benoit Niclot qui, masqué, voit la rondelle rentrer dans ses filets sans avoir pu intervenir (0-1, 4’13”). Un peu sonnés par ce but venu de nulle part, les Spartiates vont craquer une deuxième fois, à peine 20 secondes plus tard, sur un but de Camy-Sarty (0-2, 4’34”). Mais cette fois-ci, la réaction ne se fait pas attendre, puisque sur l’engagement, Paul Joubert réduit le score de près pour les Marseillais (1-2, 4’40”). C’est le premier but du jeune attaquant arrivé cette semaine de Gap pour combler l’absence inattendue de Michael Floodstrand. Après ces 30 secondes de folie, l’intensité redescend et chaque équipe a des opportunités. Malgré des lancers de Deshaies, Joubert ou Tarabusi, les Spartiates terminent le premier tiers menés d’un but.

Des Spartiates dominateurs

Les Spartiates attaquent la deuxième période pied au plancher et font le siège de la cage tourangelle. Jensen allume la première mèche, suivi par Westerlund, mais le gardien des Remparts est à la parade. Les Tourangeaux, forcés de défendre, sont poussés à la faute et enchainent 3 pénalités dans les 10 premières minutes. C’est d’ailleurs en supériorité numérique que les Spartiates vont trouver la faille sur un but de Greiner, bien aidé par Springer (2-2, 26’03”). Le temps-fort est du côté des Marseillais qui vont pousser pour faire basculer la rencontre. Les lancers pleuvent sur la cage de Garnier mais aucun ne passera la ligne de but, au grand désespoir des supporters qui sentent que leurs joueurs sont en train de laisser passer leur chance. Le deuxième tiers s’achève sur un score de 2-2 malgré une large domination des Spartiates au niveau des tirs, 14 à 3.

Les Marseillais punis

Tout reste à faire au début de la troisième période, qui commence sur les mêmes bases que la seconde. Les Spartiates jouent dans le camp des Remparts, mais ces derniers commencent à reprendre confiance par quelques sorties de palet bien senties. Puis le scénario du premier tiers va refaire surface. À la sortie d’une infériorité numérique bien négociée par les Marseillais, Springer va perdre le palet de vue et Camy-Sarty va surgir dans son dos pour pousser la rondelle dans la cage de Niclot (2-3, 47’54”). Les Spartiates tenteront de reprendre le contrôle du match par des tirs de Cestr et Deshaies mais malheureusement, poussés par des Tourangeaux provocateurs, ils vont perdre le fil et enchainer deux pénalités majeures pour jouer les 10 dernières minutes du match en infériorité numérique. Les Remparts en profiteront pour corser l’addition, d’abord par Joanette (2-4, 57’58”), puis par Mugnier (2-5, 59’51”) avant de quitter la glace sous les sifflets de la foule qui n’aura que très peu apprécié l’attitude de certains joueurs adverses tant envers le public qu’envers le personnel de la patinoire.

Du côté phocéen, les absences de joueurs clés associées à la fatigue du déplacement à Strasbourg, où les Marseillais étaient encore il y a 48 h, pesaient trop lourd à l’heure d’affronter les Remparts qui sont pourtant loin d’avoir été impressionnants. Les Spartiates ont maintenant une semaine complète pour se ressourcer et préparer un gros déplacement samedi prochain sur la glace de Cergy-Pontoise, où ils affronteront les Jokers.

 

Résumé par Vincent Grépinet