Pendant cette période de confinement, le club a décidé de laisser la parole aux supporters !
Un jeu de questions/réponses auxquels Luc Tardif et Jonathan Zwikel se sont confrontés : Le club, le projet sportif, le bilan de la saison, la saison 20/21 à venir, les transferts…
 
Merci à tous pour votre participation et prenez soin de vous !

 

Alain STEVA :

1 – Au vu des premiers mouvements de joueurs, un renouvellement important de l’effectif semble en route. Est-ce dû aux résultats de la saison dernière, nécessitant de changer des choses ou est-ce une volonté de débuter un nouveau projet, basé sur un nouveau groupe et de nouvelles orientations sportives ? Doit-on s’attendre à des grosses surprises parmi les arrivées ?

JZ : Il y a en effet beaucoup de changement, et les deux raisons sont celles que vous évoquez. La saison n’a pas répondu à nos attentes en terme de résultats, c’est certain. Et d’autre part, il fallait repartir sur un nouveau cycle, avec un rajeunissement de l’effectif. Des grosses surprises ? En tous les cas, la constructions de l’équipe se passe bien et nous aurons une équipes cohérente, équilibrée avec de beaux profils encore à annoncer. Je penses qu’il y aura du spectacle ! Il faudra ensuite faire prendre la mayonnaise !

2 – Au vu du niveau de la D1, en progression chaque année, l’objectif de la ligue Magnus, est-il toujours un projet à court terme (dès cette saison) ou à moyen terme (quelques années) ?

JZ : C’est l’ambition du club. Mais il y a encore du travail et du chemin à faire. On voit que c’est difficile pour les clubs qui montent. Il faut continuer à travailler, à structurer le club, à travailler aussi sur le hockey mineur, la formation, et placer le hockey comme un sport majeur de la ville. Il faut avoir des objectifs, c’est important pour la dynamique, tout en étant conscient des étapes pour les atteindre.

3 – Au vu de la situation sanitaire actuelle, il y a t-il un impact pour le club sur les sponsors (peut-être moins enclin à suivre) ou sur les signatures de joueurs (notamment non européens qui pourraient avoir des difficultés à rejoindre le club avant Septembre) ?

JZ : Comme tous les acteurs de notre société, nous ne pouvons pas encore évaluer l’impact final. Nous essayons de construire l’équipe de manière normale et nous nous adapterons au fur et à mesure que les choses évoluent.

Christophe GARCIA :

Concernant la future saison 2020/2021 : quel sera l’objectif ? Le maintien, le podium ou peut être la montée ?

LT : L’objectif final ce n’est pas le plus important. Si tu regardes trop loin devant toi, tu ne te focalises pas sur le présent. Les objectifs intermédiaires sont les plus intéressants. Ils te permettent de te concentrer sur du concret … sur ce que tu peux contrôler. Pour moi, l’objectif est d’avoir un jeu défensif plus efficace et plus de fluidité dans nos transitions avec le palet. Nous avons souffert cette saison lorsque nous étions sous pression, face à un forcheck efficace nous avions beaucoup de mal. Nos unités spéciales doivent aussi retrouver de la confiance, et point très important, je veux retrouver de la constance dans nos performances … surtout à domicile.

2- Pour le coach, il est évident que cette année, l’équipe tournait moins bien (en dehors de rares satisfactions comme Floody ou Nicolas), qu’elle en est la cause principale avec du recul ? Allez-vous modifier des choses dans votre travail ou la gestion de l’effectif ?

LT : Il n’y a pas de cause principale. Le sport de haut niveau c’est une succession de petits détails . J’avais un bon groupe , qui travaillait bien aux entraînements et qui vivait bien dans le vestiaire mais qui a manqué de constance. Nous avons eu de très bonnes performances collectives .. comme le match à Clermont , à Cholet ou encore à Brest, mais aussi chez nous contre Dunkerque , Cholet ou Neuilly , cependant nous n’étions pas capables d’enchaîner . Durant le mois de Janvier, nous avons perdu trop de points lors de matchs décisifs pour prétendre aux playoffs . On a eu une très bonne série de victoires en fin de saison, nous avions retrouvé un très bon rythme mais cela n’a pas suffit . Si tu veux être en playoffs D1, vu l’homogénéité de la ligue, tu te dois d’être plus constant.

3 – Concernant le club, quel est notre budget ? Comment nous situons nous par rapport aux autres clubs de D1 ? 

JZ : Je ne peux pas vous communiquer le budget, mais contrairement à ce que certains pensent ou veulent faire penser, Marseille a un budget qui se situe dans la moyenne de D1.

Pascal ROBERT :

Qu’en est-il du recrutement de JFL pour respecter les quotas de la saison 2020/2021 ? De combien en dispose le MHC actuellement ?

LT : Le recrutement JFL se passe plutôt bien malgré la difficulté du marché. Je suis très satisfait d’avoir pu garder certains cadres Français et je pense que les recrues vont beaucoup apporter sur la glace mais aussi dans le vestiaire. Nous sommes en plein recrutement, il reste du chemin mais je suis pour l’instant satisfait. 

Sébastien GUYON :

Avec l’arrivée de Mr Viola vous avez eu la bonne idée de faire venir les abonnés pour la découverte des joueurs et du nouveau maillot la saison dernière et puis plus rien. Est-ce que cette saison y’aura-t-il plus d’évènements avec les joueurs en tant qu’abonné, comme des rencontres avec des dédicaces, photos et d’autres ?

JZ : Nous continuerons à impliquer nos abonnés. Il était prévu de faire une fête avec eux à la fin de la saison. Nous avons dû renoncer compte tenu du contexte sanitaire. Notre but est d’impliquer au maximum la communauté et de créer le maximum d’interaction avec les joueurs. Le jeu concours pour la réalisation du design du maillot est une manière d’interagir à distance dans un contexte qui nous tient tous éloignés.

Dadou SCHIAPPA :

Pour le projet sportif…si le club projette la montée en Magnus et de grandir encore, il est évident que cela va attirer des supporters en plus. La question concerne le stationnement aux abords de la patinoire. Ca devient compliqué de se garer et les moyens de transports en communs sont inexistants..(le 18 un samedi apres 21h…faut s’accrocher). Je sais que vous étés en discussion avec la ville pour cela. Ou cela en est-il ?

JZ : C’est un sujet complexe. Les élections municipales étant reportées, nous devons attendre, mais la ville est au courant de la problématique. Les solutions ne sont pas simples à trouver. Nous sommes pleinement conscient de cette problématique. La solution réside aussi peut-être dans les futurs projets d’amélioration des transports en commun dans le secteur Capelette.

Nikki Pacha CHEGUERESSIAN :

Est -il prévu d’organiser une réunion avec le gestionnaire de la patinoire pour prévenir les éventuels problèmes de glace ou de matériel ?

JZ : LOL, cela m’évitera de jouer à nouveau les pompiers ! L’exploitant était désolé de cette situation, et je penses que cela ne se reproduira pas. L’erreur est humaine. Ce soir-là, pour nous, c’était très dur car nous avions presque 3000 personnes déçues dans les gradins. Un très mauvais souvenir pour nous tous. Et quand on voit tous les problèmes qui se sont enchaînés suite à cet événement… 

Cyril AILLAUD :

Pourquoi ne pas miser sur un recrutement de joueurs évoluant en D1 ou Magnus et qui du coup connaissent le championnat, le temps d’adaptation serait donc court et miser sur des jeunes français… Pourquoi ne pas rappeler des joueurs d’un bon niveau qui ont déjà joué chez nous et qui mouillé le maillot je pense à Baskatovs (qui a fait une bonne saison encore), Bajaruns, Ax, Heskanen, Vrtek (qui cartonne en D2) et des français comme Jayat, Pagni.

JZ : Dur de répondre précisément à cette question. Chaque année, nous essayons de prendre les meilleures décisions par rapport aux joueurs disponibles, aux négociations financières et au projet d’équipe. Bien évidemment, nous regardons les joueurs déjà en France, mais souvent, financièrement, les choses sont impossibles quand les joueurs ont déjà performé en France car les salaires demandés sont alors trop élevés pour nous

La Magnus est-elle encore un projet lointain?

JZ : Comme répondu à Alain Steva, c’est un objectif. Il reste beaucoup de travail pour y arriver, mais nous travaillons avec cet objectif en tête.

Rémi MI :

Les fortes affluences pour un club de D1 sont-elles un moteur économique pour le club, qui lui permettront de grandir (grâce à l’argent des recettes) ou dans l’économie du sport actuel, cela n’est pas déterminant ?

JZ : Tous les sports (hors foot) ont un modèle économique basé sur 3 principaux piliers de ressources : 1/ Les subventions institutionnelles 2/ Le sponsoring privé 3/ La billetterie. Le football est à part car, eux ont les transferts et les droits télé qui sont une grosse part de leur budget. Donc oui, la billetterie est cruciale pour nous. On a la chance d’avoir une belle et grande patinoire, une grande ville, on doit continuer à travailler fort sur la communication pour tenter d’amener de plus en plus de spectateurs. Le hockey est un sport divertissant qui plait aux Marseillais. Notre objectif est d’un jour remplir les 5600 siège du Palais Omnisports !

En résumé, quel impact de l’affluence et de la billetterie sur le budget ?

JZ : Environ 15% de notre budget, mais le but est d’augmenter. On a une marge de progression forte car nous sommes un jeune club.

Mary Line :

La ville bénéficie d’une superbe patinoire que nous ne parvenons que peu à “remplir”. Le club envisage-t-il des axes de partenariats avec d’autres clubs sportifs de la ville (OM, Cercle des nageurs..) ou des sponsors pour attirer du monde ?

JZ : Nous travaillons tous les leviers nous permettant d’augmenter les affluences. On a la deuxième de D1 et la 7ème toutes divisions confondues, mais nous voulons plus. Nous avons des beaux partenariats avec des médias comme Radiostar, Exterionmedia (affichage 4/3) ou encore la Provence. Nous avons aussi commencé des actions marketing communes avec l’OM cette saison. Nous allons continuer à travailler en ce sens.

Enfin, comment se passent les mises en relation pour les transferts ? Le club est-il “courtisé” par des joueurs, ou en tant que coach et président de club, avez-vous repéré déjà sur la fin de la saison, des joueurs d’ici et d’ailleurs qui vous souhaitiez intégrer au nouvel effectif 2020-2021 ?

LT : La premier étape de l’inter-saison est de faire un bilan détaillé, une analyse précise de la saison sur tous les aspects. Puis déterminer une philosophie de jeu, d’équipe .. cela détermine ton axe de travail. Le hockey sur glace est un sport de rôle, il ne s’agit pas de prendre des joueurs n’importe comment, puis de voir si cela fonctionne. Je travaille pour construire une équipe en adéquation avec mon idée, et c’est loin d’être simple. Les profils sélectionnés et la compatibilité entre les joueurs sont (selon moi) les clefs. Je pense que le recrutement, c’est 40-50% de tes performances. Je prends donc le maximum d’informations avant de choisir tel ou tel joueur.                               Je commence à être plus expérimenté maintenant et mon réseau s’agrandit. Je suis en relation avec beaucoup de coachs en France mais aussi à l’étrangers. 

Dernière question, si vous deviez impérativement garder 2 joueurs étrangers dans l’équipe, lesquels seraient-ils ? Et pour quelles raisons ?

JZ : Je peux difficilement répondre à cette questions. Comme vous pouvez le remarquer, il y a beaucoup de changements. Parfois c’est de notre choix, parfois le choix des joueurs qui ont un nouveau projet de vie. Mais on peut vous garantir que les nouveaux qui arriveront seront des joueurs de talents et motivés par le projet. Nous voulons qu’il est du spectacle !

Marie-Elisabeth STOUDER :

Du fait du renouvellement assez important de l’effectif, et de la difficulté déjà la saison passée de créer -dès le début- une vraie dynamique de groupe sur la glace et hors la glace, quelles sont les stratégies que vous comptez mettre en œuvre pour fédérer ce futur groupe renouvelé? 

LT : Il n’y a pas de stratégies particulières. L’équipe va être beaucoup modifiée , on veut partir sur un nouveau cylce avec un effectif plus jeune. Les joueurs vont apprendre a se connaitre , ce sont eux les acteurs dans le vestiaire mais surtout sur la glace. Il y aura comme chaque saison des moments de vie de groupe hors contexte hockey mais ce n’est pas en une journée ou deux que se crée un groupe solide, c’est au quotidien…tous les jours…dans le vestiaire, sur la glace, en muscu, en vidéo…

Les joueurs étrangers ont-ils effectivement signé, du fait de la situation actuelle? Je veux dire que signer “en virtuel” est assez inédit comme situation… Comment s’est passé le recrutement en pratique?

LT : Comme l’a dit Jon, nous n’avons aucun contrôle et aucune vision sur ce qu’il va se passer. Je me concentre sur ce que je peux contrôler, puis nous nous adapterons en fonction de l’évolution de la situation. 

Ellis Neckbone :

Après le début du déconfinement à la mi mai, les équipes seront -elles autorisées à reprendre les entraînements collectifs et les joueurs étrangers pourront ils venir malgré la fermeture des frontières hors UE ? Des infos de par part de la fédé à ce niveau-là ?

JZ : Très sincèrement, personne ne sait aujourd’hui. Comme le reste des sujets liés au contexte sanitaire. Pour le moment, nous préparons la saison normalement et nous nous adapterons si besoin.

Rudy D’achille :

L’objectif est-il la montée en magnus ?  Les transferts iront-ils dans ce sens ? Et est-ce financièrement envisageable ? Merci et prenez soin de vous…

JZ : La D1 est très serrée. Sportivement, notre but est d’être dans les équipes qui se battent pour les play-offs. Après, on l’a vu, chaque année, c’est très ouvert. Pour la Magnus, je répète, c’est un objectif à moyen terme, mais nous devons continuer à travailler la structure du club pour un jour l’envisager de manière pérenne. Pour moi, aujourd’hui, un seul club à les moyens financiers et structurels pour monter, c’est Cergy.

Andrea Bonnans :

Bonjour est-ce que Eric Springer ,le goali (29) Virtanen reste à Marseille ?😉😉😉et contente que le capitaine reste

JZ : Désolé, vous le saurez dans les prochains jours et semaine !

Rapanoui Takodana :

Bonjour coach et président ma question est la suivante. Avez-vous le projet de faire connaitre par de la pub ou autres le club dans les villes aux alentours de Marseille comme Salon de Provence ,Istres,ou Miramas etc…Merci et vive les Spartiates.

JZ : Notre but est de faire connaître le club le plus largement possible. Le club étant jeune, le sport nouveau pour les habitants, nous partons de loin, mais progressivement nous y arriverons

Emmanuel Chastin :

Le club a-t-il pensé a se rapprocher du CIQ de la et du centre social Capelette afin de proposer des invitations aux matchs pour les jeunes du quartier et les bénévoles du CIQ ? Impliquer les habitants du quartier permettrait peut être de maintenir l’affluence et de développer la popularité du club et peut être de trouver de nouveaux bénévoles.

JZ : Nous faisons beaucoup d’opérations avec les différents organismes du quartier. Nous continuerons à le faire.